ACCUEIL    LES AUTEURS    RÉCITS    POÈMES
   RECHERCHES    INFORMATIONS    LIENS

 

Retour Auxeméry

ETAPES AUX RIVES DU JOUIR

 

 

Wuhan, 94

pavillon de la Grue Jaune

 

nous irons vers l'est, mon amie

en descendant le fleuve, après le pont

 

                                    silhouettes déjà,

                                                                                    immortels

                                    l'un et l'autre

                                                                                    en avançant:

 

                                                                                                           

tout commence, et les êtres naissent

 

                        ici

tout finit, les êtres s'achèvent

 

& la voix dit:

 

le printemps est inscrit au ciel de l'est

et l'automne se lit du côté du couchant

 

quand nous aurons rejoint le lieu de notre aurore

nous saurons où porter nos pas pour disparaître

 

et si nous parvenons à nous fixer dans le néant

 

                        sans doute pourrons-nous aussi

                                                             revenir au plein jour de midi

 

 

            le Fleuve Bleu va

 

quand nous aurons passé les Gorges, la voix se sera tue

 

 

 

Amou-Daria -- au matin,

lente traversée du soleil

 

                                      12 h 20

 

nous longeons l'Oxus,

 

            4 kilos de vase au m3

:

                        turquoise

 

large traînée de ciel renversé

 

oeil d'eau turquoise

sur un horizon de mamelles tristes,

confortable tapis d'ennui

troué de cette écharpe

:

"la steppe au printemps se couvre de tulipes"

(ce sont des coquelicots, mon cher)

 

et nous irons bientôt à Khiva boucler notre périple,

oublieux de nos désirs de sens, délivrés

 

vides comme on doit l'être

 

absurdes et vivants

 

rêvant de ce désert infiniment opiacé

nous nous éblouirons à la vue de nos richesses

:

la hanche de nos femmes

            l'épaule de nos hommes

                        la rive de nos fleuves

 

            & la seule mémoire des formes,

des couleurs, des saveurs de notre monde

sous le feu noir du ciel

:

notre foyer, Zoroastre

 

notre foyer, notre

désastre,

 

& du bonheur par là-dessus

 

(un champ de corolles rouges)

 

(une écharpe de soie moirée)

 

(des éboulis)

 

Auxeméry




Copyright© Auxeméry