ACCUEIL    LES AUTEURS    RÉCITS    POÈMES
   RECHERCHES    INFORMATIONS    LIENS

 

 

BESTIAIRE TOPONYMIQUE BASQUE

Emmanuel Hiriart

 

           1

OTXOGORRIGAGNE

 

Bête rousse ou peut-être

Grimée comme les morts

Notre hôte sur la MONTAGNE

DU LOUP ROUGE parmi

les pierres dans le vent desséchant

Notre hôte invisible

Hurle mais comment

L’entendre sa voix

s’effrite avec les pierres

 

            2

ARTZAMENDI

 

Les fougères déroulent à nouveau leurs crosses. Il n’y a plus d’OURS sur leur COLLINE : cette année encore la charge du printemps revient aux pottoks, petits chevaux tordus par la lande à son image. Les morts se plaindront-ils, une fois de plus, de ces coursiers trop simples, étrangers au coeur de l’hiver ? Les craves vont et viennent en hochant la tête. Il est vrai que, malgré l’oeil très doux qu’ils tiennent des étoiles, nos canassons ne semblent rien comprendre au feu.

 

            3

OTXOZELHAYA

 

Au revers de la PLAINE

DES LOUPS nomades

La grotte enfante encore

Des chevaux et des rennes

Dans les rêves des peintres

Sur l’autre rive du temps

L’ombre s’étire se lève

Baille comme un chien puis

Se rendort, un peu plus

Loin dans la mémoire.

 

              4

UGATZE

 

Le GYPAETE suit la pente, spirale autour du roc. Son poitrail de feu trahit chez le vautour l’allié de Prométhée comme le chasseur à chaque bouchée secrètement se métamorphose. Sans doute il harcelle, élague, contraint le titan qui l’accomplit. Pour l’heure le briseur d’os épierre méticuleusement les pentes de la vie. Il jardine l’homme. La nuit les feux des bergers redisent autrement l’histoire.

           

 

 

5

 

ILHARRIKOLEPOA

 

Sur le COL

DES PIERRES TOMBALES

Seuls passent les vautours,

Les corbeaux

Et le vent.

Les hommes habitent

Plus bas.

Est-ce le temps du rêve

Cette heure si froide

Abandonnée aux bêtes

Dans son cercle de pierres ?

On entend sur la route

La musique aveugle d’une auto.

 


 

 

Notice bio-bibliographique

Né en 1966

enseignant

Recueils :

la pluie danse sur le toit (editinter 1999)

Toi qui viens de la mer (editinter 2000)

Poèmes publiés dans diverses revues :

Comme en poésie, Coup de soleil, Encres vives,   Friches ,Froissart, Europoésie,  incertain regard, Journal des poètes, Parterre verbal, Poésie/ première, Nyctalope, Saisons du poème, Traces.

Notes de lecture et articles pour

Incertain regard, Le Mensuel poétique et littéraire Poésie/Première

Internet

site personnel :http://perso.wanadoo.fr/emmanuel.hiriart/

collaboration à divers autres sites dont le répertoire des ressources poétiques du web, muse : http://muse.base.free.fr/