ACCUEIL    LES AUTEURS    RÉCITS    POÈMES
   RECHERCHES    INFORMATIONS    LIENS

 

maehl.jpg (11131 Byte)
Bildbeschriftung

Disparition de Hans-Joachim Mähl

 

L´un des plus éminents spécialistes du premier romantisme allemand et plus particulièrement de l´œuvre de Novalis, Hans-Joachim Mähl, est décédé le 31 mars dernier. La Novalis-Gesellschaft vient d´annoncer la disparition du germaniste dans un courrier adressé à ses membres. Hans-Joachim Mähl fut un des maîtres d´œuvre de l´édition critique des écrits de Novalis chez Kohlhammer débutée avant la seconde guerre mondiale par Paul Kluckhohn et Richard Samuel. Cette édition permit une redécouverte de l´œuvre du poète, non pas seulement à partir de ses œuvres littéraires, mais de ses écrits philosophiques et scientifiques. L´appareil critique du Brouillon général réalisé par Hans-Joachim Mähl constitue un travail qui a fait date, mettant en lumière les nombreuses lectures – exactes, approfondies – de travaux philosophiques et scientifiques (physique, minéralogie, chimie…) faites par Novalis au moment de son séjour à l´Académie des mines de Freiberg en 1798-99. Mähl étudia également l´influence de la philosophie de Plotin sur le poète dans une étude importante. Enfin, suite à la chute du mur de Berlin, il fonda et présida la Novalis-Gesellschaft au château de Oberwiederstedt, en ex-Allemagne de l´est, où naquit et grandit Novalis. Depuis, la Société Novalis est devenu un lieu de recherches et de rencontres internationales, qui a rassemblé plusieurs colloques, dont un très important sur « Novalis et les sciences » (actes parus chez Niemeyer, à Tübingen, en 1997). Hans-Joachim Mähl était un chercheur exceptionnel, mais aussi un homme généreux, accueillant les doctorants étrangers et les conseillant dans leurs recherches, notamment lorsqu´ils désiraient consulter des manuscrits de Novalis à l´Université de Kiel où il a longtemps enseigné. Il était animé d´une passion profonde et communicative pour Novalis, qu´il n´a cessé lui-même de découvrir.

 

 

Site de la Novalis-Gesellschaft