ACCUEIL    LES AUTEURS    RÉCITS    POÈMES
   RECHERCHES    INFORMATIONS    LIENS

 

 

Un message de Ronald Klapka le samedi 22 décembre 2001,
en guise de voeux pour la nouvelle année:

Le lavis de Mu-Ch'i, moine ch'an (dernier tiers du treizième siècle) fait l'objet d'une éblouissante analyse dans "Ouvrir le rien, l'art nu" pp 71-88; j'ai trouvé la reproduction sur le site
http://www.irwins.pvt.k12.pa.us/form_ula/art-pattern1.html

Pour quelques critiques sur le livre de Maldiney:
 http://www.encre-marine.com/ep_maldineyouvrir.html

Le lavis de Mu-Ch'i ne relate pas un événement. Il l'est. Le vide en est le protagoniste qui ne répond à rien d'accompli: son existence est suspendue à l'antagoniste c'est à dire à l'avènement de l'oeuvre où s'accomplit en plénitude l'événement unique de la réalité.
Toute notre expérience serait -elle frappée de non sens, et l'ensemble de l'étant frappé de non-lieu, que les kakis de Mu-Ch'i -quoi qu'ils puissent être- sont invinciblement là, présence inconditionnelle et qu'en eux, par eux, avec eux s'ouvre le y du il y a.

muchi.jpg (89378 Byte)