Œuvres ouvertes

Pays inconnu (10)

un voyage en morceaux

Traverser la ville pour retrouver l’océan. Du métro puis du bus on passe directement à cette plage, comme si l’on avait juste poussé une porte d’un monde à l’autre. Ainsi la ville était un simple décor qu’il fallait faire tomber pour découvrir cette scène primitive, comme dans un rêve où il suffit d’un instant pour que l’univers change complètement d’apparence.

Expérience d’autant plus vertigineuse que c’est l’hiver et qu’il n’y a pas de vacanciers sur cette immense plage réputée pour le surf, plage entièrement livrée aux rouleaux qui se déploient devant nous avec une belle violence, assurant à eux seuls le spectacle.

Plus loin, quelques nageurs dans une piscine marine sont renversés par d’énormes vagues, puis ballotés par le courant violent comme nous le sommes par ce réel qui a aujourd’hui tous les aspects du rêve.

© Laurent Margantin _ 10 juillet 2011

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)