Œuvres ouvertes

Pays inconnu (12)

un voyage en morceaux

Partout des statues. Partout, à chaque coin de rue, sur chaque place, sur chaque boulevard, des statues d’hommes debout, des statues d’hommes libres et conquérants. Et surtout, sur une place, la statue de la reine dont une partie de ses sujets au bout du monde ne voulurent plus, la statue de la reine à l’immense postérieur drapé, la statue de la reine et derrière elle celle de son majestueux toutou. Partout des statues pour figurer l’Homme, celui qui viendra libérer la terre de sa sauvagerie animale et végétale, celui qui viendra façonner les paysages, celui qui viendra civiliser le primitif. Que font encore ces statues impériales et nationales dans cette ville ? Statues pour singer l’homme d’hier, qui est celui d’aujourd’hui, car les hommes ont encore tellement d’animaux à dresser, tellement de peuples à civiliser, tellement de paysages à façonner. Partout des statues pour exhiber l’Homme, et même ce postérieur royal devant lequel se prosterner comme devant la sagesse éternelle, partout de l’humain en marbre, en acier, en verre même, trop transparent après tous ces siècles d’humanité guerrière. Envie de mépriser l’Homme à force de voir partout ses statues.

Qui nous délivrera de l’Homme ?

© Laurent Margantin _ 11 juillet 2011

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)