Œuvres ouvertes

Pays inconnu (40)

un voyage en morceaux

Difficile, lorsqu’on lit Thomas Mann (La Montagne magique), de ne pas reprendre Nietzsche. Cela tombe bien, puisque j’ai une édition allemande de Humain, trop humain sur ma liseuse. Et je tombe sur le § 343, à méditer.

Le raconteur d’histoires - On remarque facilement si celui qui raconte une chose la raconte parce que le fait l’intéresse, ou bien parce qu’il veut, avec son histoire, se rendre intéressant. Dans ce dernier cas il exagérera, utilisera des superlatifs et fera des choses semblables. Habituellement, il s’en suit qu’il raconte plus mal, car plutôt qu’à la chose, c’est à lui-même qu’il pense.

© Laurent Margantin _ 25 juillet 2011

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)