Œuvres ouvertes

Pays inconnu (68)

un voyage en morceaux

Dans le monde immense il y a le petit monde. Monde de chevelure et de chapeau cachant une langue toujours mystérieuse, monde qui reste étranger. D’autres ont leur patrie dans leur petit monde, les mêmes mots, les mêmes histoires appris dans l’enfance et rassemblés au cœur du petit monde, toujours à disposition, espace d’échos familiers, tandis que l’ombre partie il y a longtemps en voyage a la chevelure épaisse et les chapeaux coiffant les têtes toujours mystérieuses. Au cœur du petit monde, l’ombre partie il y a longtemps en voyage trouve une fenêtre sur le monde immense.

© Laurent Margantin _ 8 août 2011