Œuvres ouvertes

Pays inconnu (73)

un voyage en morceaux

Chaque lundi soir cet homme qui me sourit se fout à poil dans ma lucarne, il est chaque lundi soir au milieu de la neige perdu dans les montagnes, il enlève chaque lundi soir ses chaussures, ses chaussettes, son pantalon, son pull, sa chemise, son slip et soit marche dans la neige soit se jette carrément dans un lac gelé, nage jusqu’à l’autre rive, sort gelé du lac gelé, chaque lundi soir il fait un feu avec quelques brindilles et en frottant deux bouts de bois l’un contre l’autre (j’y crois pas qu’on fasse du feu aussi facilement, en frottant deux bouts de bois), chaque lundi soir il sèche ses vêtements trempés en quelques minutes et se rhabille à poil au milieu de la neige dans ma lucarne, chaque lundi soir il se présente comme un sauveteur professionnel, comme celui qui sauvera sa propre vie dans les condition les plus extrêmes, chaque lundi soir il me sourit dans ma lucarne une fois le nouveau défi relevé toujours au milieu de la neige perdu dans les montagnes, mais franchement à quoi bon ses leçons de sauvetage à moi qui vis dans un pays sans montagne au milieu du désert du pays inconnu où il neige jamais ? Qu’il se sauve lui-même autant qu’il veut chaque lundi soir, mais qu’il vienne pas me donner des leçons de sauvetage à moi dans ma lucarne.

© Laurent Margantin _ 9 août 2011

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)