Œuvres ouvertes

Pays inconnu (76)

un voyage en morceaux

Au pays inconnu on suit de près ce qui se passe en Angleterre. Bien sûr la machine à discours sécuritaires fonctionne à plein, et l’on donne à voir les événements par le petit bout de la lorgnette : il ne s’agirait que de très jeunes vandales désirant avant tout faire leur marché et s’emparant d’écrans plasma.

Comme en France il y a six ans, les journalistes donnent des images brutes accompagnées d’un discours qui ne l’est pas moins, toujours plus assujettis à l’oligarchie financière et politique dont ils sont trop souvent les porte-voix. Je suggère qu’on mette tout ce petit monde au sommet de l’échelle dans un quartier-ghetto de Londres ou de Manchester sans perspectives pour leurs enfants pendant une trentaine d’années, et l’on verra s’ils n’iront pas ensuite mettre le feu de manière anarchique.

Sur la chaîne NBC, un jeune du quartier défavorisé de Tottenham racontait que 2000 jeunes avaient manifesté paciifiquement jusqu’à Scotland Yard il y a quelques semaines : pas un mot dans la presse, aucune réaction politique. Or depuis que nous vandalisons on prend conscience que nous existons, on parle de nous, ajoutait-il.

Aborder la réalité par ce biais-là, celui d’une parole terrible et violente, mais d’une parole. Pour un numéro de la revue Lignes consacré au soulèvement des banlieues en France, j’avais écrit un texte intitulé : La parole est en feu (repris par la Revue des ressources). Qu’elle brûle, évidemment, mais je préfère cette parole à la chape de plomb qu’instaure le libéralisme, avec ses Jeux olympiques pour lesquels l’Etat a des milliards à disposition alors qu’il impose dans le même temps des coupes budgétaires drastiques à "sa" population.

Illustration : homme de notre temps planant sur les nuages de la réalité telle que diffusée par la vulgate néolibérale.

© Laurent Margantin _ 10 août 2011

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)