Œuvres ouvertes

Pays inconnu (95)

voyage en morceaux

On les voit une fois par semaine à l’écran, ils sont deux sur un bateau en mer et ils pêchent. Ils sont excités comme des enfants, souriant à la caméra, parlant et parlant de leur excitation à l’idée d’en attraper un gros, et ça ne manque pas, en voilà un qui bouge au bout de la ligne, un des deux gars joue musculeusement avec sa canne, il tire l’animal vers la surface et le met dans son épuisette tout remuant.

Alors il tire le gros poisson hors de l’eau, le prend entre ses mains et le tend à la caméra en s’exclamant it’s a beautiful fish ou encore it’s a beautiful thing, il estime son poids supérieur à dix kilos, il le tend à la caméra comme une grosse chose remuante les yeux apeurés piégée entre ses mains, le gars parle pendant que le poisson suffoque, ouvrant sa gueule rouge, le gars exulte de son exploit qu’il expose à la face télévisuelle du monde.

J’imagine un tel spectacle de viandards en France, le gibier abattu en prime time, ça aurait du succès je suis sûr l’abattage d’animaux sauvages à l’heure du dîner, sauf qu’ici le poisson est finalement relâché, la gueule abîmée par l’hameçon, mais peu importe, puisque c’est une chose.

© Laurent Margantin _ 19 août 2011

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)