Œuvres ouvertes

Chiens féraux, de Felipe Becerra Calderón

par Michelle Bourgoin

Je ne connais pas cet auteur, le livre ouvre pour moi sur un monde inconnu. Le titre lui même est étrange. Qui sont ces chiens ?

D’emblée, je suis happée dès les premières pages. Qui sont ces enfants qui déchirent leur mère, Rocio, ancienne étudiante en médecine ? Son mari Carlos est un lieutenant de police dans un Chili brisé sous la dictature de Pinochet. Il s’ennuie semble t’il, il écrit son ennui dans un cahier, et ses inquiétudes pour sa femme aussi.
Rocio a une vie à elle, totalement hors de la vie quotidienne de son village, hors du monde réel. Elle "voit" des chiens sauvages, d’étranges villageois, et l’accompagnent sans cesse ces voix d’enfants martyrs peut être.

Ces quelques lignes écrites par l’auteur définissent le climat de ce livre qui s’écoute plus qu’il ne se lit, chaque mot est un son, une note d’une musique étrange : "Nous sommes entrés par ouï-dire dans cette histoire, Nous y sommes entrés à travers les récits embrouillés qui coulaient des lèvres de nos parents.."

La moiteur du pays, la folie solitaire des personnages, nous entraîne à une réflexion permanente qui oscille entre le monde parallèle de Rocio, le monde d’ennui du lieutenant de police, le monde des villageois et leurs légendes sur fond de dictature jamais écrite, jamais décrite.

Ce livre chante un hymne puissant à la folie, et à la peur, à la souffrance. La dernière page se ferme et je reste comme en lecture mentale, dans le monde de Rocio, cherchant la chaleur, le nuage, l’enfant, les chiens.

J’ai mis du temps pour lire ce roman, il a besoin de se laisser apprivoiser, et relire. Magnifique et puissant.

Chiens féraux, de Felipe Becerra Calderon, LC éditions, 157 pages

© Michelle Bourgoin _ 1er novembre 2011

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)