Éditions Œuvres ouvertes

Une nouvelle génération

Du 13 au 18 février, septième chapitre de 2006.

Lundi 13 février 2006
Lecture de L’Esthétique de la résistance de Peter Weiss.
Münzenberg est le héros de ces pages, pourquoi cet homme est-il un éternel combattant ? Cela résulte d’une terreur, dit Katz :


Le père arrive [1], telle fut la première menace qu’il connût. La chambre du père était un sanctuaire, les enfants n’eurent jamais le droit d’y entrer. Souvent ivre, le père qui était aubergiste avait arraché son fusil du mur et menacé d’abattre la famille entière, toute cette bande. Je vous aurai, ces cris le poursuivaient jusque dans la nuit. Il n’osait pas s’endormir de crainte d’être agressé par son père. Souvent on l’appelait dans la salle pour nettoyer les verres et les bouteilles. Münzenberg m’a souvent décrit, dit Katz, les brutalités et les coups qui l’obligeaient à laver un verre quatre ou cinq fois et le père y trouvait toujours une tache. Va te pendre, fainéant, criait le père, et il lui jetait une corde. Je le revois dans cet âge de pierre. Il est debout, la corde à la main dans le bistro enfumé d’un village du nom de Friemar sur la Nesse, une lampe à pétrole se balance au-dessus du comptoir, les bois de cerf au mur projettent de grandes ombres. Autour des tables sont assis des paysans emmitouflés, il y a de l’écume dans leur barbe. Une femme pâle et maigre monte péniblement l’escalier, se retourne une fois encore vers le garçon. En haut, dans sa chambre, elle se couche pour mourir. Puis l’enfant de cinq ans escalade les marches avec sa corde. Il va se cacher dans le grenier. Personne ne le suit. Cette vie ne vaut rien, voilà ce qu’il apprend d’abord, lui qui a consacré sa vie entière à donner un sens à la vie des autres.


Münzenberg est un jeune apprenti qui se réunit avec d’autres dans le club de jeunesse du parti social-démocrate, ils lisent, étudient – tout le livre de Peter Weiss est une « défense et illustration » de l’autodidactisme.


C’est en dix-neuf cent douze [2] que nous avions perçu les signes d’une insurrection culturelle et nous avons aussitôt établi un lien entre elle et notre assaut politique. Ce qui, quatre ans plus tard, fut concentré avec tant de véhémence au Cabaret Voltaire par ceux qui avaient échappé à l’orgie de l’hécatombe, nous en avons accueilli les premiers symptômes. Vivant entourés de différents journaux et revues internationaux, des tracts, des manifestes, des émissaires qui allaient et venaient, nous avions assimilé les sentiments d’un Cravan, d’un Picabia, d’un Duchamp, d’un Arp, d’un Apollinaire, personne ne pouvait dire d’où nous était venue cette disponibilité pour de telles expériences, peut-être cela s’expliquait-il une fois de plus par le fait que nos sens avaient été aiguisés par toutes les humiliations, tous les châtiments subis.



Mercredi 15 février 2006
Selon l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments, « risque aggravé » de contamination des oiseaux par la grippe aviaire ; ils demandent l’enfermement systématique des volailles. Mesure approuvée par une solennelle réunion interministérielle relayée avec des Oh et des Ah sur toutes les ondes ; les journalistes adorent le ton grave, c’est comme s’ils regardaient leur importance dans le miroir.
Ça fait rigoler notre voisin Gilles qui a un coq qui chante sous nos fenêtres et cinq poules. Et ça gêne les éleveurs de volailles qui courent dans l’herbe, nos voisins plus bas dans la vallée – ils s’y plient avec ce sens du devoir qui les tient debout soir et matin, qui leur a fait mettre leur atelier aux normes, etc.
L’énorme quantité de contraintes qu’il faut encaisser pour exister. Leur faisant face, de gigantesques montagnes de rationalisations.


Jeudi 16 février 2006
Lundi, la Cour suprême de l’Inde a interdit l’accès de l’ancien porte-avions français Clemenceau aux eaux territoriales indiennes. Il était parti avec seulement un tiers de l’amiante enlevé. Les protestations contre la sous-traitance du danger mortel avaient pourtant arraché la promesse d’un départ avec un désamiantage à 90 %.
En France, aussitôt après la décision indienne, le Conseil d’État a annulé la décision de transfert de l’immense bateau vers un chantier indien de désamiantage. Et hier, le président de la République Jacques Chirac a publié sa décision de le rapatrier sur Brest.
Cela ne s’est pas fait sans luttes. Le 12 janvier dernier, il y a un mois, Greenpeace avait intercepté le porte-avions à l’entrée du canal de Suez.
Longue histoire, beaucoup de scandales. Le Clemenceau a été désarmé en 1997 en raison de ce danger – combien de marins empoisonnés ? On ne sait pas. En 2004 il a été vendu à une société espagnole qui l’a fait naviguer vers la Turquie où la protection des travailleurs contre l’amiante est moins contraignante, comme ils disent. Greenpeace avait intercepté le navire pendant le transfert, d’où retour en France, d’où redépart et maintenant à nouveau, retour.


Samedi 18 février 2006
En Italie, hier. Silvio Berlusconi, candidat à sa propre succession lors des prochaines élections législatives des 9 et 10 avril 2006, passe un accord électoral avec Alessandra Mussolini, présidente de l’Alternative sociale, coalition d’extrême droite qui réunit Azione Soziale, le mouvement de Mme Mussolini, Forza Nuova, parti de Roberto Fiore, et Fronte Sociale Nazionale, parti d’Adriano Tilgher. En France, aujourd’hui, aucun concert d’indignation. Que regardent les vertus ? De quoi parlent-elles ?

Rennes, première coordination nationale étudiante contre le CPE, après celle des lycéens à Lyon il y a dix jours.
En même temps que la contagion, la coordination.
Contagion, mot inexact. On sait que des groupes se forment, on monte dans la voiture du plus fortuné, on s’est téléphoné auparavant, on va voir l’un ou l’autre, on prend la tribune d’un amphi, et l’agitation étant connue tout le monde prête l’oreille, les arguments tournés in petto, en famille, entre amis, et les mots tournés et retournés en rêveries diurnes sortent d’un coup, s’échangent, s’amenuisent ou grossissent, sont repris, forment une pensée instable, impersonnelle qui va et trouve à s’alimenter dans les répliques ; tout cela rapidement codé car les orateurs intègrent dès l’énoncé les objections qui viendront dans la réplique d’après, trouvent le biais, l’euphémisme qui prête le moins possible le flanc aux attaques, etc.
Coordination veut dire auto-détermination, c’est ce dont ils ont peur – ils : tous les institués – et qu’ils voudront isoler en l’insultant, minorité, minorité gauchiste, comptant sur l’extinction d’un feu qui ne pourrait plus se nourrir en s’étendant.
N’empêche, c’est de nouveau un grand moment ; il y a de l’euphorie à savoir que dans ces tourbillons se forme une nouvelle génération, qu’une minorité, oui, et très forte, mais contrairement à ce que disent les blasés assujettis, très différente de celle qui a débuté la lutte contre ce CPE il y a un mois maintenant, plus nombreuse, beaucoup de nouveaux, tous ceux qui, en cours de route, rejoignant les pionniers auront pris conscience, appris, fait la part des choses et des gens, qu’on ne mènera plus en bateau, qui vivront dans la fidélité de ce qu’ils savent intimement de source sûre – eux-mêmes dans leur confrontation au monde, un cogito par collision de bonnes et de mauvaises fois – savants sur la société et ses capacités d’invention, de destruction.


Chapitre précédent : Le PDG de General Electric, adulé des rentiers.
Chapitre suivant : Manuel pour mener une traque des sans-papiers.
Lire la présentation et revenir au sommaire.

© Laurent Grisel _ 30 janvier 2012

[1L’Esthétique de la résistance, volume 2, pages 56-57.

[2Ibidem, p. 62.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)