Œuvres ouvertes

Variations sur le zoo humain - Les voyageurs

texte à écouter et lire

chats izémacés achetés / dans les zones les plus éloignées du Korlubur / transportés à dos d’isfreyas / et qui firent les beaux jours du Jardin d’acclimation à Paris /
centaines de gringalettes sauvages du Zarlimlok / chargées en 1912 sur un navire qui disparut en mer de Denrée / seuls quelques animaux réussirent à gagner le rivage / portés par le courant / et furent recueillis et finirent leur courte vie dans un cirque ambulant du Tarmlekistan /
hyènes espiacées hivernales / trois seulement qu’on put capturer vivantes / et qu’on associa aux chasseurs hurlubuks à l’occasion de l’Exposition universelle de 1934 / sous les cris des membres de la Société Protectrice des hyènes espiacées /
hydronvils du Féroul (bêtes énormes) / qu’on chargea sur un cargo spécial à destination d’Hollywood / où les quatre spécimens moururent en quelques jours / leur très fine peau brûlée par les projecteurs / lors du tournage d’un film de science fiction /
massurées voraces de l’île d’Ibredonland / aux ailes déchirées lors de l’embarquement / durent être jetées du navire / à destination de New York /
ivragettes zubues naines / qui une fois en Europe / s’enfonçèrent dans un sommeil profond / dont elles ne sortirent plus jamais /
assupas de Forlopée / tortues à la carapace spongieuse / qui moururent de froid / en l’espace de quelques heures / une fois arrivées à Copenhague /
chiens imoleks / trop stupides / pour tourner en rond avec les Pygmées stigmestres / du zoo de Berlin /
superbes fouracles de Zarlibu / qui firent la joie des enfants / toujours agrippés à leur cou / au zoo de Vincennes /
grues violacelles zébrées de l’archipel d’Oyon / habituées à vomir sur les spectateurs / et qu’il fallut abattre /
berlasques venimeuses / dans la cage desquelles aucun gardien du Jardin zoologique de Milan / ne put jamais pénétrer / et qui finirent par mourir dans leur pourriture /
sanaces verts et blancs / reptiles inoffensifs / qui vous glacent le sang / lorsque vous les prenez dans vos mains /
parentules d’Oxmée / vous savez, ces limaces géantes / qui dégagent une odeur insoutenable pendant la journée / si bien qu’au zoo de Chicago on préféra les congeler / et les exposer dans la glace /
faroks grimpeurs / qui comme leur nom l’indique / ne survivent que dans des zones escarpées / quelle idée de les envoyer en Hollande /
bastirloquintes à nageoires roses / qui ne survivent en captivité que dans des bassins de plusieurs kilomètres de long / ce qui provoqua l’épuisement des visiteurs du parc / bientôt désert /
singes oussagnols à sourcils blancs / dont les cris rendirent fous leurs gardiens /
poissons virenque dévoreurs de chats / là aussi problèmes avec les défenseurs des animaux / car il leur en fallait au moins une dizaine par jour et par individu / de préférence des angoras /
ignobles chapouettes / qui ne vivent qu’avec les monstrueux virasques / dans des luttes incessantes et sanglantes / sans quoi ils meurent d’ennui /
cornivoques à cornes molles / bêtes tranquilles qu’on peut mettre à paître / sans surveillance / leurs yeux doux sont merveilleux /

Texte lu par l’auteur sur You Tube

© Laurent Margantin _ 29 avril 2012