Œuvres ouvertes

On rêvait d’un incendie

...

On rêvait d’un incendie au-dessus de la ville, sur la montagne. Depuis la route, on apercevait les départs de feu et la fumée blanche qui montait le long de la pente couverte d’arbres. Le vent fort depuis plusieurs jours, l’endroit inaccessible empêchaient les pompiers d’intervenir. Le feu progressait rapidement, atteignait déjà la crête, à moitié cachée par la fumée blanche qui s’élevait, toujours plus dense.

Dans les rues de la ville, on continuait à vivre comme s’il n’y avait pas eu d’incendie là-haut. Ou plutôt, personne ne le voyait à part moi, qui me demandais comment il était possible que les images d’un rêve fussent aussi floues.

© Laurent Margantin _ 18 septembre 2012