Œuvres ouvertes

Nos photos développent nos mots

vers le volcan

Fortes averses jeudi matin au nord de l’île, malgré tout on part au volcan. Trois heures de bus à travers la Plaine des Palmistes puis la Plaine des Cafres, là, surprise, le ciel se dégage ; on quitte ensuite la route goudronnée pour une piste à travers un paysage de montagne avec des pâturages (on est à deux mille mètres d’altitude), puis, après une forêt de cryptomérias, c’est une zone de plus en plus marquée par l’activité volcanique, avec juste des buissons sur d’anciennes coulées de lave, enfin cette Plaine des Sables à laquelle nous accédons par une route en lacet (dans les virages le bus passe tout juste). Là, joie de voir des cavaliers lancer leur monture, trainée de sable derrière eux, western. Choix d’une photo parmi une bonne centaine de la journée, avec ce sentiment que nos photos prises au cours du voyage vers le volcan développent nos mots.

© Laurent Margantin _ 11 septembre 2010