Œuvres ouvertes

Mon signet / Walter Helmut Fritz

Disparition du poète allemand le 25 novembre dernier

Mein Lesezeichen

war gestern ein Grashalm,
vergänglich genug
um in der Erinnerung
zu glänzen, zu erzählen
von einem Weg,
der weiter schwingt
In diesem Gestöber von Licht,
das unablässig
die Dunkelheit rodet.

Mon signet

Hier fut un brin d’herbe
assez éphémère
pour dans le souvenir
resplendir, pour dire
un chemin qui
continue à vibrer
dans ce poudroiement de lumière
qui ne cesse de
défricher la ténèbre.

Traduction de Maryse Staiber

Voir l’hommage de Poezibao

© Walter Helmut Fritz _ 11 décembre 2010