Œuvres ouvertes

Grabschke (37)

...

Savez-vous que j’aimerais passer mes nuits ici ? me disait Grabschke, marchant dans une allée à mes côtés. Ce jour est ancien, mais je m’en souviens comme si c’était hier : ce jour-là, je me suis demandé pourquoi je sortais du cimetière pour aller passer la nuit ailleurs. Même obscurément, je me suis toujours demandé pourquoi, une fois rentré dans le cimetière, je devais en sortir ensuite. Ne pouvais-je donc m’y installer complètement, heureux de pouvoir errer toute ma vie au milieu des tombes ? Ce n’est pas tant le silence qui me plaît ici, silence qui est évidemment plus grand la nuit, non, c’est cette sensation d’abandon, sensation qui, je n’en doute pas, doit être bien plus intense dans l’obscurité. S’asseoir de nuit ici, avec seulement le ciel au-dessus de soi, et cette terre tombale sous ses pieds, oh, je n’ose pas imaginer cette expérience… Mais des gardiens m’en empêchent, ils me connaissent bien et veillent toujours à fermer les portes du cimetière une fois assurés que j’en suis sorti.

© Laurent Margantin _ 23 septembre 2011
_

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)