Œuvres ouvertes

Grabschke (42)

...

Regardez cette tombe banale sur laquelle trône une sculpture étonnante, disait Grabschke. Et cette autre sculpture d’homme barbu couvert d’un chapeau qui semble nous faire signe, tenant dans la main une figure de soldat antique. Ne dirait-on pas que sur les tombes poussent les fantaisies ultimes des êtres qui y sont enterrés ? Bien sûr, j’ai une préférence pour les tombes sobres, sans fioritures ni décorations, mais il m’arrive de me laisser séduire par ces ornements funèbres que je perçois certains jours comme une forme d’achèvement esthétique. Ici, je ne pense jamais à la mort. Vous souriez. Etrange, n’est-ce pas, de passer sa vie dans un cimetière et de ne jamais penser à la mort ? Eh bien c’est vrai, tout ce qu’il y a de plus vrai. D’où mon goût, aussi, pour ces tombes un peu baroques où, de la totalité d’une vie achevée, émerge une figure extravagante, inattendue, parfois grotesque. Ici, c’est la vie dans son expression à la fois la plus brute et la plus artistique qui règne sans partage. Ah, la grande beauté des tombes qui me laisse certains jours sans voix, seulement capable d’admirer, saisi par un monde de formes parfaites, quand tout ce qui domine hors du cimetière est inachevé, fragmentaire, informe.

© Laurent Margantin _ 28 septembre 2011
_

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)