Œuvres ouvertes

Abyssal cabaret, de Maryse Hache

par Hervé Jeanney

Une femme entre sa voix et la mort du monde. D’une traite, elle parcourt le temps et l’univers sensible qui l’entoure. Elle ne sait rien, dit-elle, du théâtre, dans un texte qui vous prend et résonne longtemps. Un poème scandé aux allures de fable médiévale, de conte macabre, de confession intimiste, d’hommage désespéré et donc paradoxal à l’espoir.
C’est tout simple au fond : comment supporter la mort et la solitude au milieu de tant de beautés ? La réponse de Maryse vient naturellement, il faut écrire. Elle "tisse une écriture linge de mémoire pour vous le dire".
Qu’elle est moche en plus, la mort, alors autant lui voler ses proies, à l’ancienne, à la grecque, avec ces litanies de défunts que Maryse Hache égrène, générations de parents "tués par la mort", ici ou là, un chemin une ville une guerre une maladie, la mort tue partout. Elle est sacrément forte en histoire-géo, la Camarde.
On lit et relit Abyssal Cabaret pour toutes les strates qu’il renferme, densité étonnante pour un texte si bref, magnifié -et pas d’emphase excessive, c’est bien le cas- par une mise en numérique impeccable, aux interactions sonores et visuelles impossibles à transcrire sur du simple papier. Ne serait-ce que la lecture intégrale faite par l’auteur, disponible en début d’ouvrage.
Elle ne sait rien, cette femme seule au monde, seule en scène, seule vivante-morte-vivante, mais elle nous apprend tellement. Et termine sur ces vers somptueux :

"la vie est à vivre sans savoir
je vais faire un tour"

Maryse Hache, Abyssal Cabaret, éditions Publie.net, collection Temps Réel, 42 pages

© Hervé Jeanney _ 1er février 2012

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)