Œuvres ouvertes

Mon arrière-grand-père était marchand de saindoux, par Thomas Bernhard

Parution de "Sur la terre comme en enfer" aux éditions La Différence

C’est le poète Thomas Bernhard que nous fait découvrir ce volume de la collection Orphée, tout juste ressuscitée. On connaît le prosateur, mais on ignore souvent que Bernhard a commencé par écrire de la poésie, d’où, dans ses premiers textes, une série d’hommages à Rimbaud ou Trakl (qui a vécu à Salzbourg comme lui). Entre 1952 et 1961, l’auteur autrichien a publié de nombreux poèmes dans des revues ou en volume, c’est une anthologie que nous propose Susanne Hommel qui les a traduits.

 

Thomas Bernhard | Mon arrière-grand-père était marchand de saindoux


Mon arrière-grand-père était marchand de saindoux,
et aujourd’hui
chacun se souvient encore de lui
entre Henndorf et Thalgau,
Seekirchen et Köstendorf,
et ils entendent sa voix
et se serrent
les uns contre les autres à sa table,
qui fut aussi la table du Maître.
En 1881, au printemps,
il se décida pour la vie : il planta
la vigne le long du mur de la maison
et appela les mendiants ;
sa femme, Maria, celle au ruban noir,
lui offrit encore mille ans.
Il inventa la musique des cochons
et le feu de l’amertume,
et parla du vent
et du mariage des morts.
Il ne me donnerait aucun bout de lard
pour mes désespoirs.

© Thomas Bernhard _ 16 juin 2012

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)