Œuvres ouvertes

De la force de l’imagination (2) / Montaigne

Autre extrait du livre XX, Livre premier des Essais.

Du recours à la fiction et à l’anecdote comme méthode de pensée chez Montaigne :

"Aussi en l’estude que je traitte, de noz moeurs et mouvements. les tesmoignages fabuleux, pourveu qu’ils soient possibles, y servent comme les vrais".

"Il y a des autheurs, desquels la fin c’est dire les evenements. La mienne, si j’y scavoye advenir, seroit dire sur ce qui peut advenir."

Création du verbe "commer" pour dire la recherche de similitudes, d’analogies à travers les âges et les récits légendaires.

Ce sont pour moy mauvais respondans que magiciens. Tant y a que nous voyons par experience, les femmes envoyer aux corps des enfans, qu’elles portent au ventre, des marques de leurs fantasies : tesmoin celle qui engendra le More. Et il fut presenté à Charles Roy de Boheme et Empereur, une fille d’aupres de Pise toute velue et herissée, que sa mere disoit avoir esté ainsi conceuë, à cause d’un’image de Sainct Jean Baptiste pendue en son lict. Des animaux il en est de mesmes : tesmoing les brebis de Jacob, et les perdris et lievres, que la neige blanchit aux montaignes. On vit dernierement chez moy un chat guestant un oyseau au hault d’un arbre, et s’estans fichez la veuë ferme l’un contre l’autre, quelque espace de temps, l’oyseau s’estre laissé choir comme mort entre les pates du chat, ou enyvré par sa propre imagination, ou attiré par quelque force attractive du chat. Ceux qui ayment la volerie ont ouy faire le conte du fauconnier, qui arrestant obstinément sa veuë contre un milan en l’air, gageoit, de la seule force de sa veuë le ramener contrebas : et le faisoit, à ce qu’on dit. Car les Histoires que j’emprunte, je les renvoye sur la conscience de ceux de qui je les prens.

Les discours sont à moy, et se tiennent par la preuve de la raison, non de l’experience ; chacun y peut joindre ses exemples : et qui n’en a point, qu’il ne laisse pas de croire qu’il en est assez, veu le nombre et varieté des accidens.

Si je ne comme bien, qu’un autre comme pour moy. Aussi en l’estude que je traitte, de noz moeurs et mouvements. les tesmoignages fabuleux, pourveu qu’ils soient possibles, y servent comme les vrais. Advenu ou non advenu, à Rome ou à Paris, à Jean ou à Pierre, c’est tousjours un tour de l’humaine capacité : duquel je suis utilement advisé par ce recit. Je le voy, et en fay mon profit, egalement en umbre qu’en corps. Et aux diverses leçons, qu’ont souvent les histoires, je prens à me servir de celle qui est la plus rare et memorable. Il y a des autheurs, desquels la fin c’est dire les evenements. La mienne, si j’y scavoye advenir, seroit dire sur ce qui peut advenir. Il est justement permis aux Escholes, de supposer des similitudes, quand ilz n’en ont point. Je n’en fay pas ainsi pourtant, et surpasse de ce costé là, en religion superstitieuse, toute foy historiale. Aux exemples que je tire ceans, de ce que j’ay leu, ouï, faict, ou dict, je me suis defendu d’oser alterer jusques aux plus legeres et inutiles circonstances, ma conscience ne falsifie pas un iota, mon inscience je ne sçay. Sur ce propos, j’entre par fois en pensée, qu’il puisse asses bien convenir à un Theologien, à un Philosophe, et telles gens d’exquise et exacte conscience et prudence, d’escrire l’histoire. Comment peuvent-ils engager leur foy sur une foy populaire ? comment respondre des pensées de personnes incognues ; et donner pour argent contant leurs conjectures ? Des actions à divers membres, qui se passent en leur presence, ils refuseroient d’en rendre tesmoignage, assermentez par un juge. Et n’ont homme si familier, des intentions duquel ils entreprennent de pleinement respondre. Je tien moins hazardeux d’escrire les choses passées, que presentes : d’autant que l’escrivain n’a à rendre compte que d’une verité empruntée. Aucuns me convient d’escrire les affaires de mon temps : estimants que je les voy d’une veuë moins blessée de passion, qu’un autre, et de plus pres, pour l’accés que fortune m’a donné aux chefs de divers partis. Mais ils ne disent pas, que pour la gloire de Salluste je n’en prendroys pas la peine : ennemy juré d’obligation, d’assiduité, de constance : qu’il n’est rien si contraire à mon stile, qu’une narration estendue. Je me recouppe si souvent, à faute d’haleine. Je n’ay ny composition ny explication, qui vaille. Ignorant au delà d’un enfant, des frases et vocables, qui servent aux choses plus communes. Pourtant ay-je prins à dire ce que je sçay dire : accommodant la matiere à ma force. Si j’en prenois qui me guidast, ma mesure pourroit faillir à la sienne. Que ma liberté, estant si libre, j’eusse publié des jugements, à mon gré mesme, et selon raison, illegitimes et punissables. Plutarche nous diroit volontiers de ce qu’il en a faict, que c’est l’ouvrage d’autruy, que ses exemples soient en tout et par tout veritables : qu’ils soient utiles à la posterité, et presentez d’un lustre, qui nous esclaire à la vertu, que c’est son ouvrage. Il n’est pas dangereux, comme en une drogue medicinale, en un compte ancien, qu’il soit ainsin ou ainsi.

© Montaigne _ 4 mars 2010

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)