Œuvres ouvertes

Journal de Kafka (III, 66) : Max et moi devons être foncièrement différents

troisième cahier, nouvelle traduction

Max et moi devons être foncièrement différents. Autant j’admire ses écrits quand ils sont devant moi comme un tout inaccessible à mon intervention et à celle de quiconque, et même, aujourd’hui, une série de petits compte-rendus, autant chaque phrase qu’il écrit pour Richard et Samuel exige de ma part une concession faite à contrecœur et que je ressens douloureusement jusqu’au fond de moi-même. Du moins aujourd’hui.


- Max : Max Brod, ami légendaire de Kafka.

- "Une série de petites compte-rendus" : sans doute s’agit-il des compte-rendus d’ouvrages nouvellement parus publiés par Max Brod dans le Prager Tagblatt du 26 novembre 1911.

- Richard et Samuel : voir Journal de Kafka (III, 58) : Maintenant essayer d’écrire une ébauche d’introduction à Richard et Samuel

Page suivante Journal de Kafka (III, 67) : Ce soir
Sommaire


© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 4 janvier 2016