Œuvres ouvertes

Journal de Kafka (IV, 23) : Rien écrit parce que j’étais fatigué

quatrième cahier nouvelle traduction


13. XII II Rien écrit parce que j’étais fatigué et allongé sur le canapé dans la chambre chaude puis froide avec des jambes malades et des rêves dégoûtants. Un chien était couché sur mon corps, une patte près du visage, ça m’a réveillé, mais pendant un moment encore j’ai eu peur d’ouvrir les yeux et de le regarder.


Sommaire