Œuvres ouvertes

Une île appelée Tübingen (2)

Premier domicile comme étudiant-chercheur en Allemagne

Lorsque je suis arrivé à Tübingen en 1993, je me suis installé dans une résidence universitaire bâtie sur une pente du Steinenberg, juste au-dessus du centre-ville. Y vivaient là des étudiants pour la plupart allemands, mais aussi des Russes. Il y avait une dizaine de chambres par étage, avec une cuisine et des toilettes communes. J’occupais la chambre au bout du couloir. J’étais venu à Tübingen pour y faire des recherches sur Novalis et le romantisme allemand après y avoir passé quelques jours en 1990 ; je m’étais dit alors que c’était là que je voulais vivre quelques temps pour approfondir ma connaissance de la langue et de la culture allemandes, j’y suis finalement resté dix ans, dont deux au Geigerle, y travaillant une bonne partie de la journée, ou à la bibliothèque universitaire, et me promenant sur le Steinenberg les fins d’après-midi.

(l’escalier qui mène au Geigerle)

(à côté de l’escalier, la maison où vécut Hermann Hesse lors des années passées à Tübingen)

(un café dans la même rue que la maison Hesse où se retrouvaient début des années 90 bon nombre d’étudiants proches de la mouvance Ernst Bloch)

© Laurent Margantin _ 11 avril 2010

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)