Œuvres ouvertes

"Faire sortir la littérature du livre"

La mission du véritable écrivain est aujourd’hui de faire sortir la littérature du livre. Le non-livre et la non-écriture sont, pour moi, les matières littéraires de l’avenir
Il faut lire l’entretien qu’a donné Marc-Edouard Nabe à la Revue littéraire en 2007. On y découvre le sens véritable qu’accorde l’écrivain à la composition de tracts donnés directement à lire dans la rue (tracts qui rappellent les "placards" qu’aimait aussi afficher René Char à l’Isle sur la Sorgue) à travers une condamnation sans appel (...)

La mission du véritable écrivain est aujourd’hui de faire sortir la littérature du livre. Le non-livre et la non-écriture sont, pour moi, les matières littéraires de l’avenir

Il faut lire l’entretien qu’a donné Marc-Edouard Nabe à la Revue littéraire en 2007. On y découvre le sens véritable qu’accorde l’écrivain à la composition de tracts donnés directement à lire dans la rue (tracts qui rappellent les "placards" qu’aimait aussi afficher René Char à l’Isle sur la Sorgue) à travers une condamnation sans appel de la logique de vedetarriat littéraire à laquelle sont soumis les écrivains contemporains :

Les écrivains ont peur, et donc ils se soumettent de plus en plus. Ils n’ont pas compris que de toute façon ils sont perdants. Ils se croient tous de fins stratèges, mais c’est un très mauvais calcul. Leur problème est qu’ils vivent dans un tout petit milieu. Si vous vous enfermez dans une pièce de votre appartement où se trouvent votre mère, votre oncle, votre tante, vos cousins, votre chat et le doudou de votre enfance, et que vous ne sortez pas pendant une semaine, vous vous sentirez aimé, porté, admiré, vous aurez un succès fou. Mais dès que vous ouvrirez la porte, ce sera terminé. Alors eux, ils ne veulent pas ouvrir la porte. Moi, grâce à mon côté anti-travail-famille-patrie, je n’ai même jamais voulu entrer dans cette fameuse pièce. Quand j’ai su qu’il y avait mon doudou, mon cousin et ma mère, je les ai enfermés à clé, j’ai jeté la clé et je suis allé courir dans les champs. La liberté, c’est ça. Et l’édition, c’est cette petite pièce familiale.

Lire l’entretien dans son intégralité sur le blog de la Revue littéraire publiée aux éditions Léo Scheer.

© Laurent Margantin _ 11 décembre 2009

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)