Œuvres ouvertes

dans la série des animaux

rêve d’une langue

rêve du chien et de l’homme

rêve de disparition

Pas d’avion pour la métropole aujourd’hui à la Réunion, milliers de personnes assemblées aux terrasses des restaurants qui se demandent quand elles vont pouvoir quitter l’île : on se croirait dans Insulaires.

Extrait d’Insulaires, à paraître en 2010 aux éditions Publie.net.

1.
Les derniers navires étaient arrivés à l’automne. Des cargos venus des côtes les plus proches on déchargeait des containers remplis de cartons de taille et de provenance diverses. Des camions sur les quais emportaient les centaines de cartons que des employés des différentes bibliothèques de l’île supervisaient et numérotaient.
Combien de bibliothèques l’île abritait-elle ? On ne savait exactement, car il était devenu impossible de consulter des clichés pris par les satellites, le plus grand secret (...)